IFSI PAU : CULTURE GENERALE 2004

SUJET N°1

L’accroissement du nombre de détenus conduit à une surpopulation qui fait, de la situation dans les prisons, une indignité nationale. Ceux qui ne veulent pas savoir devraient tout de même lire le rapport rédigé par des législateurs aussi sérieux et aussi peu subversifs que les membres du Sénat…..
Dans la patrie des droits de l’homme, les quelque 60 000 détenus actuels s’entassent dans un « parc pénitentiare  prévu pour en acueillir moins de 50 000…..
En dépi d’expériences couragueses menées ici et là, le modèle français, en ce domaine, cumule deux qualités : inhumanité et inefficacité.

Le Monde. Editorial du 12 avril 2003

QUESTION :
Justifiez les deux accusations portées contre le système pénal français.

 

SUJET N°2

« Les femmes ont toujours travaillé », affirme avec force Sylvie SCHWEITZER en titre de son Histoire du travail des femmes aux XIXeme et XXeme siècles. Dans ces conditions, comment expliquer que le développement du travail féminin soit considéré, dans l’imaginaire social, comme un phénomène récent, remontant aux dernières décennies? C’est que le travail féminin, au-delà de son développement quantitatif, s’inscrit, aujourd’hui plus qu’hier, dans le mouvement général d’émancipation des femmes à l’égard du pouvoir des hommes.

Pour les statisticiens, qui ne reconnaissent que les activités créatrices de richesses marchandes ou celles qui leur sont directement assimilables, le seul travail féminin qui mérite d’être pris en compte demeure, aujourd’hui encore, celui effectué par les femmes actives, celles qui participent au marché du travail. Une définition qui passe sous silence le travail domestique, dont on sait qu’il demeure essentiellement effectué par des femmes. Cette négation du travail assuré par les femmes dans le cadre familial a longtemps fortement contribué à sous-estimer leur apport.

Alternatives économiques, N° 2008 – novembre 2002

QUESTION :
En vous appuyant sur cet article et sur vos connaissances, vous exposerez les avancées qui ont contribué au
mouvement général d’émancipation des femmes.

 

SUJET N°3

Du 6 au 8 septembre, au Bouget, le Salon Internationl Génération Bébé se penchera sur un petit client qui peut rapporter gros.

La venue d’un enfant oblige 61% des parents à aménager leur logement. On pense surtout à la chambre qu’il faut installer. En faite, il faut acquérir une nouvelle bibliothèqe pour y caser tout ce qu’une bonne mère doit lire avant et après la naissance. LEs éditeurs exploitent ce filon inépuisable. Il n’y a plus de bible unique. Comment diable ont fait toutes les mères qui n’avaient que « J’attends un enfant » et « J’élève mon enfant de Laurence Pernoud, pour combler leur ignorance?

Les enfants, qui ont la trentaine aujourd’hui, vont-ils si mal que cela? Si l’on en croit les tables des libraires, les parents d’aujourd’hui sont d’épouvantables anxiuex incapables d’élever leurs petits touts seuls.

Toutes les réponses aux questions qu’ils ne se posaient même pas sont là. « Bébé, dis-moi qui tu es », « Bébé Trucs » (Marabout), « Enfant heureux » (Hachette), « Bien nourrir mon bébé » (Odile Jacob), « Ce bébé qui change votre vie » (Fleurus).

Annie LARRETA – Sud Ouest – 3 septembre 2003

QUESTION
Quelles tendances apparaissent dans les quelques lignes de cet article?

 

SUJET N°4

Nostalgie Régressive et Marketing
Pour son anniversaire, vous venez d’offir une peluche à votre meilleur(e) ami(e). Vousécoutez en boucle la compilation de génériques de dessins animés et de séries télévisées cultes de votre enfance. A l’occasion, vous roulez à trotinette et mangez des sucettes.

Votre maladie – bénigne, rassurez-vous – porte un nom : la nostalgie régressive.

Grandes marques et professionnels de la publicité n’ont pas manqué de s’engouffrer dans cette brèche pour alimenter ce petit syndrome qui nous guette tous, et ce marché, en pleine croissance, concerne tous les secteurs, des éditeurs de produits culturels aux professionnels de la mode, en passant par l’agroalimentaire ou encore l’industrie du jouet.

CAMIF Le magazine – Août 2003

QUESTION
Comment expliquez-vous ce phénomène de société?

 

SUJET N°5

Depuis quelques années, l’émergeance de nouveaux circuits commerciaux, accompagnés d’une concurrence accrue, a complétement mondialisé la production. Ses excès, l’utilisation de main d’oeuvre bon marché, sans droits ni sécurité, ou le recours au travail des enfants, ont peu à peu amené une prise de conscience chez les consommateurs. Et une réflexion de fond, car il ne suffit pas de refuser, il faut agir pour qu’un autre modèle économique puisse être proposé aux populations concernées. CAMIF Le Magazine – Août 2003

QUESTION
Que savez vous du commerce équitable?

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.